Le frichti de Fatou


création 2006



Texte de Faïza Kaddour
Mise en scène Jean-François Toulouse

Tout public à partir de 13 ans



Durée : 1h30



Avec Faïza Kaddour, Agnès Doherty (contrebasse et violoncelle).

disponible

Texte lauréat du Centre National de Théâtre 2007

Depuis son bled en Algérie jusqu’à Paris, entre la tradition et les combats du planning familial, Fatou raconte sa vie, de son enfance à l’âge adulte autour de la question qui l’intrigue : « Comment on fait les bébés ? »

Élevée pour être une parfaite ménagère, Fatou cherche sa réponse sous forme d’une recette dont les ingrédients se trouvent être toutes les situations de sa vie.

Insoumise, naïve, têtue, Fatou chemine pieds nus, se blesse, tombe, se redresse, sans jamais se plaindre ni perdre son sens de l’humour qui la propulse toujours un peu plus loin sur le chemin de la connaissance accompagnée de sa conscience incarnée par une musicienne violoncelliste – contrebassiste.

Un hymne à la tolérance et à la connaissance, pétillant d’humour et de saveurs.

En tournée depuis 10 ans plus de 300 représentations en France et au Liban.


Le Frichti de Fatou repose sur une double dynamique : celle du conte, et celle de la conférence ; le personnage central, Fatou, raconte sa vie, de son enfance à l’âge adulte. A travers son expérience, ses mésaventures, et ses prises de conscience, elle s’éveille peu à peu à la connaissance.

Le support scénique de cette double narration (conte / conférence) met avant tout la comédienne en lumière ; le jeu est enrichi par des variations musicales avec la musicienne sur le plateau. La musique créée par la musicienne Agnès Doherty (contrebasse et violoncelle) intervient tel un véritable partenaire de Fatou. Tout à la fois conscience et mémoire du personnage, voyageant des musiques du Maghreb aux musiques populaires françaises des années 80, elle vient dialoguer avec le personnage mettant en relief ses conflits intérieurs, ses souvenirs, ses secrets intimes, ses convictions ou ses doutes.

Enfin, le rapport à la cuisine est également exploité à travers des sensations (épices), de la manipulation d’aliments (légumes, fruits)… Aliments sexuels ou sexe-aliment, le rapport entre la cuisine et la sexualité, présent à tout moment dans le discours et le parcours du personnage, est conjugué sur le ton de l’humour pour donner à cette véritable épopée, un accent ludique qui pourra réunir tous les publics sur un thème sensible.


Spectacle crée en novembre 2006 à Porte 2a dans le cadre du Festival Novart à Bordeaux.
Avec le soutien du CG Gironde, CR Aquitaine, OARA, Centre National du Théâtre, Ville de Floirac, Lycée viticole de Montagne Libourne.

Téléchargements

Dossier de présentation

Fiche technique

Dossier pédagogique


A venir

20 - 23 juin Toulouse
Théâtre du grand rond
21 juin Pipo
Salle des fêtes
30 juin l’Isle Jourdain (86)
salle des Fêtes